Les « Incroyables comestibles » : l’histoire d’un mouvement qui s’enracine

| 0 Commentaires

Pamela Warhurst, co-fondatrice du mouvement des Incroyables comestibles en Angleterre. © Mané Espinosa. Source: http://www.lavanguardia.com/lacontra/20121019/54352694708/la-contra-pam-warhurst.html

Le 1er mars dernier, le Collectif de Recherche en Aménagement Paysager et en Agriculture Urbaine Durable (CRAPAUD) organisait une conférence avec Mme Pamela Warhurst, instigatrice du mouvement « Incredible Edible » – « Les Incroyables Comestibles » en français. Voici le compte-rendu d’une histoire inspirante, basée sur « le grand pouvoir des petites actions ».

Nous sommes en Angleterre, en 2008, à Todmorden plus précisément, une ville de 16 000 habitants durement touchée par la crise économique.  C’est alors que l’une de ses résidentes, Pamela Warhurst, sème une idée qui transformera positivement et durablement la vie de ses concitoyens: faire de Todmorden une ville nourricière, en reconnectant les habitants entre eux par l’alimentation. 

Activiste et politicienne de métier dans le domaine environnemental, Mme Warhurst en arrive au constat que plus personne n’assure réellement de leadership en matière d’environnement, que l’économie a pris toute la place, et que les espoirs qu’avaient suscité le Sommet de la terre à Rio en 1992 ne se sont pas concrétisés en de véritables changements, deux décennies plus tard.  Pour elle, il est donc grand temps de prendre les choses en main, et de faire confiance au pouvoir des petites actions.  Elle ignore encore à quel point ce qui suivra prendra la forme d’une véritable révolution alimentaire et communautaire.

L’idée est de faire de Todmorden une ville expérimentale en agriculture urbaine, et de rassembler les gens autour de la bouffe, en portant une attention particulière aux besoins des moins nantis : « Les gens de la classe moyenne ont toujours une solution pour s’en sortir.  Les plus pauvres, qui sont occupés à survivre, ne sont peut-être pas au fait de toutes les dimensions du système environnemental, du réchauffement climatique, des multinationales de l’alimentation et de l’agriculture, mais ils connaissent la bouffe, et c’est tout ce qui importe », nous rappelle Pamela, car la bouffe locale nous permet de changer notre mode de vie.   

Avec ses amis, elle propose donc d’imaginer la ville autour de 3 grandes assiettes : celle de la vie communautaire et quotidienne, celle de l’apprentissage et celle de l’économie locale.  La première permet de planter des plantes comestibles un peu partout dans la ville, en invitant les citoyens à y contribuer et en rendant l’accès libre à ces fruits et légumes.  La deuxième permet la transmission de connaissances aux générations et de porter un nouveau regard sur ce qu’on mange, sur la façon dont  on le produit, sur le rythme de la nature et des saisons.  Les enfants ainsi mieux conscientisés ne verront plus la nourriture de l’épicerie de la même façon. La troisième et dernière assiette est celle de l’économie, grâce au développement du commerce de proximité, avec la demande grandissante pour des produits locaux, ce qui incite les marchands à s’adapter, à innover, à créer de nouveaux emplois. 

Du maïs qui pousse devant le poste de police de Todmorden! Source: http://gaia-health.com/gaia-blog/2013-07-25/lets-eat-our-landscaping-video/

Cinq années après, Todmorden est méconnaissable : plus de 1000 arbres fruitiers ont été plantés, une entreprise sociale a été fondée pour faire un centre de permaculture1 et d’aquaponie2, la campagne « Chaque œuf compte ! » a été lancée, permettant de trouver sur internet qui vend des œufs dans la ville, un centre d’entraînement à l’agriculture urbaine a été aménagé pour permettre aux apprentis agriculteurs de s’exercer et d’expérimenter, des corridors de plantations de légumes et de fleurs comestibles ont été érigés pour relier les lieux de fréquentations entre eux, et des infrastructures touristiques ont même été développées pour accueillir la manne d’étrangers curieux de connaître les secrets et beautés de cette ville désormais nourricière…  Toute une révolution ! 

Le mouvement nommé «Incroyables Comestibles » a fait en sorte que  les gens ont recommencé à se parler, à voir l’espace public de manière différente, à développer des liens interculturels, intergénérationnels et à apprendre à cuisiner.  Selon la police de Todmorden, les relations communautaires n’ont jamais été aussi bonnes et le vandalisme se fait de plus en plus rare. Comme quoi le fait de s’engager dans un tel projet collectif a permis de renouer avec une solidarité longtemps délaissée au profit de l’individualisme.  Les habitants de Todmorden, comme ceux de plus de 40 villes en Angleterre et de nombreuses autres dans le monde, ont compris qu’il était temps de faire les choses autrement.

Et si on leur emboîtait le pas ?!!!

Même le cimetière est devenu un lieu de plantation à Todmorden, transformant du coup ce lieu effrayant pour les enfants en un lieu de vie. Source: http://thisgivesmehope.com/2012/08/17/396-the-revolution-in-incredible-edible-todmorden/

1 La permaculture est la conception consciente de paysages qui miment les modèles et les relations observés dans la nature, visant à obtenir une production abondante de nourriture et d’énergie pour satisfaire les besoins locaux).

2 L’aquaponie est une technique pour cultiver des plantes dans des bassins qui servent aussi à élever des poissons

Un texte d’Annie Pelletier, organisatrice communautaire

 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.