Réflexion et vision pour le secteur du Plateau-est

| 0 Commentaires

Lors de la dernière assemblée régulière de l’Action Solidarité Grand Plateau, le 31 janvier dernier, l’équipe de la direction du développement du territoire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal est venue nous présenter sa démarche de consultation sur le programme particulier d’urbanisme, pour le secteur est du Plateau.

 

Cette démarche, déjà bien amorcée dans le secteur Saint-Viateur, a pour objectif de cibler les besoins afin d’élaborer une démarche stratégique en aménagement du territoire. Cette présentation, suivie d’une animation interactive, avait pour objectif de présenter le projet d’énoncé de vision et de planification, de jeter les bases de l’orientation générale et surtout, d’identifier les interventions prioritaires de développement dans ce secteur du Plateau Mont-Royal.

 

Mais quel est le territoire de référence du Plateau-est? Ce secteur se définit géographiquement par la voie ferrée au nord et à l’est, la rue Sherbrooke au sud et la rue Papineau à l’ouest. Particularité importante à relever, ce secteur comprend une zone industrielle importante se situant à son extrémité nord-est qui représente 300 entreprises et plus de 4 500 emplois. On pense entre autres aux usines Angus, aux abattoirs et aux manufactures. Ces entreprises, ayant émergé à la fin du XIXe siècle, ont subi plusieurs fermetures dans les années soixante-dix.

Lors de la présentation, plusieurs constats ont été soulevés. On observe que le secteur du Plateau-est comporte beaucoup d’espaces inutilisés, qu’on y retrouve une diversité de lots et que les sols contaminés mettent un frein à plusieurs projets. À l’intérieur des zones dites plus industrielles, la cohabitation résident-transport-camionnage s’avère parfois difficile et, bien que ce secteur soit privilégié par le plan du Quartier Vert, on y retrouve un faible niveau de verdissement. Enfin, le chemin de fer qui sépare le Plateau du quartier Rosemont, demeure un enjeu important dans ce secteur.

 

La présentation par le comité d’experts a été suivie par une animation visant à mettre en commun nos aspirations et nos préoccupations concernant le développement du secteur. Par un exercice interactif, les participants se sont penchés sur les différentes orientations de la démarche d’urba- nisme.  Plusieurs pistes ont été explorées et plusieurs préoccupations ont été soulevées par les différents acteurs présents lors de la consultation. La mise en œuvre et la poursuite de projets citoyens ou communautaires, déjà portées par plusieurs organismes, semblent être un enjeu important. Certains ont cité en exemple : la future bibliothèque dans l’est du quartier ou la rénovation du chalet Saint-Pierre-Claver. L’accès au transport collectif, considéré comme anémique dans ce secteur, la remise en marche du  projet Quartier vert et l’importance de continuer l’implantation du logement social ont également été nommés à plusieurs reprises.

 

Cinq orientations générales ont été identifiées. On veut faire de ce secteur un quartier humain, où l’emploi et l’activité économique se portent bien. Un milieu de vie qui porte les initiatives citoyennes et qui favorise le verdissement des espaces publics. Les participants ont également mentionné l’importance de créer un comité citoyen qui pourrait suivre l’évolution de la démarche tout en étant actif dans l’élaboration des grandes orientations.

 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.