Faut qu’on se parle à la Maison d’Aurore

| 0 Commentaires

Mercredi 30 novembre, la Maison d’Aurore a accueilli dans le cadre de ses soirées citoyennes, une consultation organisée par l’initiative Faut qu’on se parle.

« Nous savons reconnaître ce que nous ne voulons pas, mais au-delà de notre opposition à des projets et des politiques néfastes, quel Québec voulons-nous construire? »

Gabriel Nadeau-Dubois

L’initiative Faut qu’on se parle a été lancée par Jean-Martin Aussant et Gabriel Nadeau-Dubois (entre autres) dans le but de mobiliser et de consulter les Québécois sur l’avenir du Québec. L’initiative est politique, mais non partisane. Le but est de stimuler la réflexion et d’entendre un maximum de citoyens sur différents enjeux de société dont la démocratie, l’économie, la place des régions, l’indépendance, l’éducation, la santé, les relations avec les Premiers Peuples, la diversité, la culture et le climat. Loin de rester dans le pessimisme ou la critique, c’est la recherche de solutions qui est mise de l’avant.

Ce soir-là, l’assemblée de cuisine de la Maison d’Aurore sentait réellement les fourneaux après une grosse journée de cuisine de ragoût de boulettes et de tourtières à la viande par les cuisinières et cuisiniers du volet alimentaire. Il y avait une vingtaine de participants de 25 à 75 ans, désireux de s’exprimer sur les enjeux qui les touchent. Après une introduction de l’initiative Faut qu’on se parle, notre animatrice Véronique Côté assistée d’une personne que l’on connaît bien à la Maison d’Aurore, Josée Vanasse (ancienne collaboratrice du Château d’Aurore et ancienne membre du CA), a divisé la salle en trois groupes pour discuter plus en profondeur des thèmes choisis. Les trois thèmes qui ont été débattus étaient 1) démocratie, 2) économie et 3) climat/environnement. En 45 minutes, chaque groupe balayait librement le thème qu’il avait choisi, mais la consigne était claire : proposer des solutions !

Dans le groupe qui discutait de démocratie, la conversation allait bon train. Nous avons statué sur le fait que pour être de bons citoyens, il est indispensable que nous soyons des esprits critiques, et cela sous-entend que l’éducation des enfants soit revue pour accentuer leur sensibilisation et leur formation à un esprit critique. Cela pourrait passer par un enseignement en méditation et en philosophie à l’école, pour que les enfants aient un esprit calme, disponible et critique. Pour ce qui est de la philosophie, nous sommes tout à fait d’accord à la Maison d’Aurore et nous en avons fait le test avec les enfants du Château d’Aurore grâce au projet Brila! D’ailleurs, on se disait également que la formation des maîtres d’école devait être mieux valorisée et plus sélective pour assurer une éducation de qualité aux enfants. Dans un autre ordre d’idée, nous avons également discuté de l’importance d’avoir une constitution au Québec, pour avoir une base qui unit tous les citoyens sur un ensemble de valeurs démocratiques. Le système électoral et de gouvernement devrait être revu selon certains pour être à la fois plus représentatif mais également incarner davantage les idées que les individus ou les partis. On proposait par exemple une assemblée proportionnelle mixte (50% de l’assemblée représente des districts électoraux et 50% représente des partis fondés sur des idées). On a également parlé d’avoir mode de compensation pour que les minorités souvent oubliés soient plus visibles dans l’assemblée et puissent avoir plus de poids politiques (par exemple : un certain nombre de sièges pour les autochtones, les régions, des quotas pour les femmes).

Le retour en grand groupe a permis de partager avec tous les solutions trouvées pour chacun des thèmes. C’est un moment qui a été fort apprécié par les participants car la créativité au sein de chaque groupe était impressionnante. Ainsi, les enthousiastes de la démocratie par exemple, ont pu découvrir de belles idées pour s’attaquer aux problèmes environnementaux ou encore aux enjeux économiques de demain.

Quelques idées pour le thème économie :

  • Revoir la fiscalité et lutter contre l’évasion fiscale pour augmenter les revenus de l’État
  • Investir dans le logement social
  • Instaurer le salaire minimum à 15$/heure
  • Investir en économie sociale
  • Investir en transport collectif (et instaurer des tarifs abordables)
  • Inciter les caisses populaires de région qui sont en dévitalisation à partager leurs espaces en créant des espaces de coworking, lesquels favorisent la rencontre et la floraison d’idées créatives entrepreneuriat
  • Instaurer des mesures fiscales pour le repeuplement des régions
  • Encourager la création ou la conversion en coopératives de travail (plus résilientes que les entreprises traditionnelles)

Quelques idées pour le thème climat/environnement :

  • Aménager des micro-forêts en ville
  • Aménager davantage de pistes cyclables
  • Repenser l’aménagement urbain avec le modèle des noyaux villageois médiévaux
  • Aménager la ville de manière plus dense et concentrer la mobilité des personnes et des biens sur un système de navettes gratuites
  • Arrêter d’investir dans l’économie polluante, investir dans l’économie verte
  • Encadrer la production de viande
  • Obliger les producteurs à vendre au coût réel (en tenant compte du coût environnemental notamment)

 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.