États généraux du communautaire

| 0 Commentaires

C’est en 1994 qu’ont eu lieu les premiers États Généraux du Communautaire. Cette première mobilisation a permis aux groupes communautaires autonomes de se définir eux-mêmes et d’établir qui ils sont et ce qu’ils sont. De plus, une plus grande cohésion et un rapprochement des organismes nationaux ont été constatés. Depuis, cette union de nos forces communes a aussi permis une reconnaissance par les instances gouvernementales et pour plusieurs, un premier financement à la mission afin de permettre une vie associative et d’offrir des activités choisies de façon démocratique.

Vingt ans plus tard, le mouvement communautaire éprouve le besoin de resserrer les rangs et de refaire une réflexion collective sur la situation des organismes communautaires du Québec. La première étape à laquelle nous avons été conviés a été d’organiser une discussion au sein de notre organisme. En septembre, une rencontre régionale sera organisée afin que nous puissions partager nos constats et nos visions. Finalement, au printemps 2015, la CTROC (Coalition des tables régionales d’organismes communautaires) organisera une rencontre nationale où des acteurs communautaires de tout le Québec seront présents, afin de réfléchir aux orientations du mouvement communautaire pour les années à venir.

Le 26 avril dernier, afin d’atteindre le premier objectif, s’est tenue à la Maison d’Aurore, une journée ayant pour thème : Pour que demain soit plus humain. Les objectifs de la rencontre : développer un sentiment d’appartenance, valoriser la conscience sociale, sensibiliser à la réalité du milieu communautaire et replacer la Maison d’Aurore au cœur de sa mission. En avant-midi, nous avons demandé aux participants présents : Quel a été votre premier pas à la Maison d’Aurore? Ensuite, nous avons pris conscience que l’histoire et le développement de la Maison d’Aurore sont en lien direct avec l’histoire communautaire du Québec. Finalement, par le jeu du train, nous avons visualisé les inégalités sociales et ses conséquences.

L’après-midi en atelier, nous nous sommes posé plusieurs questions :Quel est selon vous le rôle social d’un organisme communautaire ? Nous avons obtenu plusieurs réponses : l’éducation populaire, la défense des droits des citoyens et la socialisation. Aussi, briser l’isolement des personnes, répondre aux besoins de base des populations locales, rapprocher les cultures et les générations et développer le pouvoir citoyen par de la formation extérieure et de l’éducation.

Qu’est ce que peut faire la Maison d’Aurore face aux coupures ou aux exigences des bailleurs de fonds ? Réseauter, rendre visibles les initiatives, avoir un membership fort, éduquer sur le travail communautaire et bien d’autres choses. Cette journée de réflexion nous a permis de franchir la première étape en vue des états généraux du mouvement communautaire.

 

Par Lorraine Decelles, coordonatrice

Laisser un commentaire

Champs Requis *.